Comment se crée le développement affectif du nourrisson

De nombreuses études en psychologie enfantine ont portées sur la qualité et la quantité du lien et de la relation qui existe entre les parents et leur enfant, les identifiant comme les principales et uniques conditions de départ pour comprendre les relations affectives que l’enfant pourra établir dans le futur, une fois adulte.

Lors de la première année de vie, les liens avec la mère sont fondamentaux pour la formation de l’amour propre, l’auto-estime et de la confiance en soi-même et avec les autres.

Ainsi, dans cette phase si importante pour le développement de l’enfant, correspondant aux premiers mois juste après la naissance, il est recommandé d'être prudent en le considérant et en répondant à ses besoins. En effet, il ne faut pas commettre l'erreur de l’ignorer ou de le négliger en croyant qu'il est trop petit pour ne pas le remarquer.

Les soins, l’affection, la présence et le contact sont les éléments essentiels pour s'assurer qu'à l'avenir l’enfant parvienne à avoir des relations saines, heureuses et  équilibrées, non seulement avec les parents mais également avec d'autres personnes qui feront partie de sa vie. 

De l'émotion au sentiment

Bien qu'il puisse être difficile de décrire le sentiment d’émotion, les dictionnaires essaient de nous apporter une définition. Une émotion est un processus intérieur qui naît d'un stimulus pertinent pour les intérêts de l'individu et qui s'accompagne de comportements expressifs, de sentiments et de changements physiologiques.

Si nous voulons décrire l'évolution de l'affectivité chez l'enfant, nous devons donc partir des émotions car elles sont les premières à se manifester dans l'âme de l'enfant avec le contact et la perception de la mère ainsi qu’avec sa propre vision. Elles représentent le point de départ pour la formation des sentiments et donc la construction des liens émotionnels.

Cette première relation qui s'établit entre la mère et l'enfant ressemble à de l'amour, à tel point que dans les films et les livres, l'amour maternel prend beaucoup d'importance et est très souvent décrit comme la forme la plus pure de l'amour. Pour mieux comprendre comment les premiers sentiments se forment dans l'âme du nourrisson, nous devons retracer les étapes du développement émotionnel de l'enfant, selon les étapes de son âge et les différentes étapes d’affirmation de soi, d'attachement et de séparation. 

Symbiose et attachement

Dès les premières semaines de vie, après l'avènement brutal de l'accouchement, l'enfant est totalement réorienté pour retrouver l'état d'équilibre dans lequel se trouvait son corps pendant la période de gestation. Il se reflète d'abord dans les états de sommeil et les processus physiologiques qui prévalent lors des premiers mois de vie du nourrisson sur les processus psychologiques, même si en réponse aux stimulis extérieurs les premières émotions commencent à mûrir.

 L’inconfort et le plaisir sont la combinaison d'émotions qui alternent  l'âme du nouveau-né au cours des premiers mois de vie et la prévalence de l'un ou l'autre doit être liée à la venue ou à l'incapacité de satisfaire ses besoins fondamentaux, comme les soins, les câlins, la nutrition et le sommeil.

Étant donné que durant cette période, la seule personne capable de satisfaire pleinement les besoins du nourrisson et ses exigences est la mère, le bébé perçoit sa silhouette comme indéfinie, nous parlons alors de la phase dite symbiotique, de sorte que le bébé n’arrive toujours pas à distinguer son propre ego comme distinct de celui de la mère, il s’identifie encore comme étant dans son utérus et cela durant les deux premiers mois de vie.

C’est grâce à cette relation si particulière et nourrie de l’identification et de la fusion entre la mère et le nouveau-né que naît ainsi le premier lien affectif car elle seule est capable de soulager son inconfort, de lui faire plaisir par ses soins continus et de comprendre son langage si particulier, à tel point qu’un attachement fort se crée et qu’il souffre en cas de séparation de la mère, même temporaire. 

La naissance psychologique de l'enfant

Selon les théories de la psychanalyse, la naissance biologique est un événement concret qui se déroule à un moment précis. A part cela, l'enfant a aussi une naissance psychologique, distincte de la première. Il s'agit en fait d'un processus qui commence à se manifester dès le quatrième mois et qui s’étend jusqu'à la troisième année et qui englobe l'enfant dans sa sphère psychologique.

Dès le quatrième mois de vie, le nourrisson entame un processus de conscience sur soi qui l'amènera progressivement à comprendre que son ego ne coïncide pas avec celui de la mère, avec lequel il s'était identifié jusqu’à présent. Il prend conscience qu’il n’est pas une fusion parfaite et complète avec sa mère mais qu’il est une entité autonome et distincte avec ses propres caractéristiques individuelles.

Ce processus appelé de séparation-individuation est un processus intrapsychique qui désormais restera toujours actif dans l'inconscient de l’enfant jusqu’à atteindre l’âge adulte et qui va se reproduire dans toutes les relations futures interpersonnelles et affectives.