Comment se forme le lien d'attachement

La structure hormonale de la mère pendant et après l'accouchement joue un rôle dans la formation de ce lien, mais le processus peut être favorisé, ou entravé, par certaines circonstances.

Il est recommandé que dès les premières heures après la naissance, l'enfant et la mère puissent être mis en contact peau contre peau, et se regarder dans les yeux afin de commencer à se connaître mutuellement.

Cependant, en admettant que les circonstances ne favorisent pas cette situation, cela ne signifie pas que tout est perdu. Il reste encore du temps pour établir un dialogue spécial et intime, composé, de caresses, d'odeurs et de sons, avec votre enfant. Le père, lui aussi, ne doit pas être exclu de cette relation privilégiée et non pas seulement pour apporter un soutien fondamental à la mère mais également pour commencer à connaître son bébé et à prendre soin de lui.

Le problème, c'est que notre culture ne favorise pas beaucoup les contacts. Les mères sont souvent amenées à penser qu'il ne faut pas prendre les bébés dans leurs bras, de ne pas trop les dorloter ou les gâter. En fait, les études de neuropsychologie et de neurobiologie indiquent que le contact favorise le développement émotionnel et cognitif équilibré de l'enfant et celà n'est pas surprenant car le contact chez les humains comme les autres espèces mammifères est une norme biologique.

Le rôle de l'allaitement maternel

De l’opinion générale, « l'allaitement maternel favoriserait l'attachement ». Cependant, certaines données scientifiques démontreraient que ce n'est pas le cas. En effet, des psychologues de l'Université de Los Angeles ont tenté de faire le point sur cette situation et leur conclusion (publiée en 2013) indiquerait qu'il n'y a pas assez de preuves pour appuyer cette hypothèse.

« Il se peut que l'allaitement maternel incite certaines femmes à prendre soin de leur enfant, mais ce n'est certainement pas une condition nécessaire pour créer un lien affectif spécial avec l'enfant », c’est ce qu’affirment les chercheurs car d’après eux le même lien affectif peut être créé avec le père, avec des parents adoptifs ou avec des mères qui utilisent le biberon.

Bien sûr, l'allaitement maternel favorise un rapport de proximité et d’affection particulier entre l’enfant et la mère, mais rien n'exclut que cela puisse se produire également avec un biberon.

C'est avant tout une question de communication plutôt que de nutrition. Ce qui compte, c'est qu’un dialogue intime s'établit entre les deux, un dialogue fait de contacts physiques, d'odeurs, de sons, de regards et de mots que la mère adresse à son bébé même s'il n’en comprend pas le sens.

Tout cela peut très bien se produire même si nous utilisons du lait artificiel ou si la mère souffre de dépression.

L'importance de l'harmonie émotionnelle

Selon les dernières théories, ce qui est vraiment important pour le développement d'une relation d’attachement considérée comme solide, c’est de rendre l'enfant plus confiant et équilibré et cela grâce à la capacité de la mère (ou encore mieux des deux parents) à  « écouter » les émotions de l'enfant et d’y réagir de manière accueillante et empathique.

Par exemple, le nourrir quand il a faim, sourire et rire avec lui quand il est heureux ou le consoler quand il est blessé. Bien sûr, ce n'est pas évident surtout dans les premiers jours de la vie en commun mais tout s’apprend et l’expérience vient avec le temps. Il s'agit de connaître l'enfant, ses besoins et la façon dont il les exprime. Cependant, ce n'est pas une mission impossible : il s'agit de l’observer attentivement et de cultiver jour après jour cette capacité d’empathie.