Mode et bien-être, la compétition

Les deux offrent une " version de rêve " de soi-même mais l'une se démarque avec une tendance plus prononcée par rapport à l'autre.

Les journalistes de mode ont récemment fait une observation intrigante. L’industrie du bien-être tue petit à petit l’industrie de la mode.  Les deux ont longtemps été considérées comme deux entités distinctes, coexistant l'une avec l'autre, mais les journalistes de la mode souligne que les intérêts et priorités des gens évoluent, la culture du bien-être bat à présent le rythme que la mode avait autrefois.  Voici ce que l’on retrouve parmi des articles récents.

La mode est un cumul de tendances que plus personne ne veut. Au 20e siècle, les gens veulent une peau éclatante, un semi-marathon de 110 minutes et la paix intérieure. C'est à cela que ressemble les aspirations d’aujourd’hui. Ce que la mode faisait auparavant, le bien-être le fait aujourd’hui, c'est-à-dire vendre une version améliorée de vous-même mais en mieux car elle ne crée aucune frustration.

Le bien-être a commencé avec des loisirs sportifs,  avec l'acceptation et l’essor social de vêtements extensibles confortables. Ensuite une séduisante et nouvelle industrie s'est développée autour du bien-être avec des programmes de conditions physiques adaptés et spécialisés, des journaux de gratitude, des retraites de méditation, des gymnases-boutiques et la prise de conscience d’une alimentation plus saine pour équilibrer son corps de l’intérieur. Vous pouvez également percevoir que le bien-être est la nouvelle mode en raison de la facilité dont il est monétisé et usurpé.

Un tapis de yoga Chanel peut atteindre la valeur de 7500 euros. Plusieurs acteurs ou chanteurs sont pris d’assaut par les grandes industries du textile et du bien-être car elles recherchent des ambassadeurs de la marque pour être filmé en train de faire des séances de bien-être ou pour porter une ligne de vêtements.

L'industrie du bien-être est semblable à l’industrie de la mode car elle s'adresse avant tout à des femmes d'une ethnie et d'un groupe démographique spécifiques (blanche, maigre, riche). L'idéal exige que vous soyez belle et riche en tout temps en participant à des retraites de yoga d'une semaine à l'étranger, en achetant des leggings à 300 dollars pièce et d'avaler des vitamines coûteuses après un entraînement quotidien dans un fitness d'élite.

L'attrait va au-delà de l'aspect physique. Les psychologues suggèrent que c’est lié à l'instabilité mondiale, aux tentatives de se protéger contre un futur incertain et de créer un faux semblant de stabilité là où il y en a probablement pas.

On peut également s’interroger si cette attraction pour le bien-être n’est rien d’autre que de la frustration ressentie à l'égard de l'industrie de la mode et à son incapacité à évoluer de manière significative. De nos jours, un nombre croissant de consommateurs se préoccupent de la durabilité, de l'éthique, de la qualité plutôt que de la quantité, des salaires équitables pour le travail.

Malgré quelques efforts notables, l'industrie de la mode n'a pas réagi à ces intérêts et continue comme si de rien n'était, c’est sans doute une des raisons pour lequel le marché de la revente de vêtements est en pleine expansion.

Si les gens ne se sentent pas bien dans les vêtements qu'ils achètent, ils pourront toujours se tourner vers le bien-être, ce qui leur donnera au moins une raison de se sentir mieux. Cela aussi est sans aussi un phénomène de mode.

Après tout, à la fin de la journée, il vaut mieux faire de l'exercice, boire de l'eau, manger des légumes, et se laver le visage avec du miel que d'être sur une liste d'attente pour le dernier sac à main ou la dernière paire de chaussures. Autant dire que la tendance du bien-être est loin d’être terminée.